2018 06 30 Kastell-Paol > Montroulez

Erruet ‘on get ma devezh diwezhañ àr hent Sant-Jakez. Ur pistig e ma c’halon rak ‑ ret eo en anzav ‑ klasket em eus daleiñ an termen an disterañ. Loskus e vo an heol, get ar wrez àr-dro 30°C, met brumenn zo pa guitomp Kastell-Paol mintin-mat, ma c’hoar ha me. Heuliet ‘vo an aod d’an tostañ é hediñ ar parkoù legumaj. Ragenez Karanteg a-gleiz ha tour iliz Henvig doc’h an tu ‘rall, ne dreuzer bourc’h ebet ha sec’h e chom hon gourlañchenn, afi, ne gavomp tavarn ebet da evet ur lomm kafe pe dour fresk. Da 1e30 en em gavomp e Lokenole ha, boneur deomp, digoret eo bet Ti Gwenole teir sizhun ’zo. Degemerus-bras an ostizion yaouank ha mont a raomp pelloc’h get kalon. Dober hon eus rak evit echuiñ en em gollomp er c’hoad ha pa dizhomp ar stêr Pennele, e tapan doareioù a ma gwaz ha ma mab doc’h hon gortoz e Sant-Varzhin-Montroulez. Setu-ni enta doc’h o gortoz en ur lec’h pik-nik. Evit kloziñ an avañtur en em gavomp e-tal pont bras Montroulez é evet ur banne fresk get ur lodenn kouign-amann. Pik echu !

Voici arrivée ma dernière journée sur le chemin de Saint Jacques. Un petit pincement au cœur, car – il faut l’avouer – j’ai tenté de retarder la dernière échéance. Le soleil va donner, et la température avoisiner les 30°C, en attendant, c’est la brume qui nous accompagne à notre départ de St-Pol-de-Léon de bon matin. Nous allons longer la côte au plus près, longeant les champs de légumes. À droite la presqu’île de Carantec et le clocher d’Henvic de l’autre côté, nous ne traversons aucun bourg et notre gosier se dessèche, je veux dire que nous ne trouvons aucun bar pour y boire un petit noir ou une eau fraîche. À 13h30 nous nous trouvons à Loquenolé où, pour notre grande joie, le Ti Guenolé, nouveau restaurant-épicerie-café, s’est ouvert il y a trois semaines. Les aubergistes sont très accueillants et nous en repartons pleines de courage. Et c’est nécessaire car, pour finir, nous nous égarons dans le bois et alors que nous atteignons la rivière Pennélé, je prends des nouvelles de mon mari et de mon fils qui nous attendent à Saint-Martin-des-Champs. Nous les attendons donc à une aire de pique-nique. Pour terminer l’aventure, nous nous retrouvons près du viaduc de Morlaix à boire un pot rafraîchissant avec une part de kouign-amann. Point final !

Publicités

2018 06 29 Rosko > Kastell-Paol

Pa’m eus dilestret e Roscoff e oa ma c’hoar Marie-O doc’h ma gortoz evit kerzhet c’hoazh e-pad daou zevezh evit tapout Montroulez hag èl-se boukliñ ma zroiad hent Sant-Jakez. Ranket he doa arest trumm e Klison dre m’he doa gweet he ufern àr-lerc’h bout kerzhet asambl adal Lokireg. Setu-hi bremañ pareet-kaer ha laouen-bras eh on he adkavout.

À ma descente du ferry à Roscoff, ma soeur Marie-O m’attendait pour randonner encore pendant deux journées jusqu’à Morlaix, bouclant ainsi mon chemin de St-Jacques. Elle avait dû s’arrêter brusquement à Clisson victime d’une entorse alors que nous avions cheminé ensemble depuis Locquirec. La voici maintenant complètement remise et je me réjouis de la retrouver.

Herberc’h ar perc’hindour pe ar pirc’hirin (e Bro-Leon eh omp !) lec’h ma kouskin e Kastell-Paol. [L’Abri du pèlerin où je dors à St-Pol-de Léon.]
Herberc’h ar perc’hindour pe ar pirc’hirin (e Bro-Leon eh omp !) lec’h ma kouskin e Kastell-Paol. [L’Abri du pèlerin où je dors à St-Pol-de Léon.]

 

2018 06 28 Santander > Plymouth > Rosko

Lestret em eus da 21e d’ar Merc’her 27 a viz Mezheven e Santander ha dilestret an deiz àr-lerc’h da 16e15 (eur Saoz), un treizh a 19 euriad. Adlestret 4 euriad goude, da 20e (eur Saoz) ha tizhet porzh Rosko d’ar Gwener da 8e vintin. Brumenn ‘oa àr ar mor ha ne’m eus ket gellet gwelet Penn ar Bed etre Eusa ha Molenez, ha nemeur a chañs kostez Land’s End. Ne vern, graet em bo tro an tri fenn a ved kornog Europa ha koutant-bras ‘on a gement-se.

J’ai embarqué à 21h le mercredi 27 juin à Santander et débarqué le jour suivant à 16h15 (heure anglaise), une traversée de 19 heures. J’ai réembarqué 4 heures plus tard, à 20h (heure anglaise) et touché le port de Roscoff le vendredi à 8h du matin. Le brouillard m’a empêchée de voir le Finistère entre Ouessant et Molène, et pas plus de chance du côté de Land’s End. Ça ne fait rien, j’aurai fait le tour des trois bouts du monde de l’ouest européen et j’en suis bien contente.

2018 06 27 Santiago de Compostela > Oviedo > Santander

É tegouezhout a Vuxía em eus ranket gober àr-dro ma beaj betek Santander (e Kantabria), lec’h ma faote din lestriñ get ar Brittany Ferries betek Rosko dre Blymouth. Ur veaj 36 euriad en holl !

Drol eo a ma ferzh (hmm !) met re ziwezhat em eus graet àr-dro ha ne oa ket mui plas en tren betek Palencia. Ha me neuze monet da vurev ar berc’hinderion da glask penn d’ar busoù ha kavet rik-ha-rik an tu da vont da Santander get ar bus. Get daou e gwirionez : an hini kentañ betek Oviedo a dremene dre bep lec’h èl ur vag aodourez hag an eil « Premium » aveet èl ur c’harr-nij kentañ sklas etre Oviedo ha Santander hag en deus graet an hent get tizh hep ehan ebet.

En arrivant de Muxía, il m’a fallu m’occuper de mon voyage jusqu’à Santander (Cantabrie) d’où je projetai d’embarquer sur un navire de la Brittany Ferries jusqu’à Roscoff via Plymouth. Un voyage de 36 heures !
C’est étrange de ma part (hum !) mais je m’y suis prise trop tard et il ne restait plus de place dans le train jusqu’à Palencia. Je me suis donc adressée au bureau des pèlerins pour me trouver un bus jusqu’à Santander et, de justesse, j’en ai trouvé deux : le premier jusqu’à Oviedo passait par tous les petits bleds comme un caboteur tandis que le second, un « Premium » équipé comme un avion en classe affaires terminant rapidement le voyage sans escale jusqu’à Santander.

 

 

 

 

2018 06 26 Muxía > Santiago de Compostella

 

2018 06 25 Fisterra > Muxía

Divinet ho poa ! Ne oa ket Fisterra « punto final » ma hentad àr-droad. Chom a rae Fisterra > Muxía da gerzhet c’hoazh. Hag unan brav eo, lec’h ma ‘m eus kavet é tonet adaldin tud anavet (c’hwec’h pe seizh), ar re o doa dibabet mont da Vuxía da gomañs, ha Fisterra da echuiñ.

Vous aviez deviné ! Fisterra n’était pas le point final de mon périble à pied. Il restait Fisterra> Muxía à faire encore. Et c’est une belle étape, j’y ai retrouvé des gens que je connaissais (six ou sept), ceux qui avaient décidé d’aller à Muxía d’abord et au Cap Finistère ensuite.

Kas a ra soñj a dennadoù bravañ ar C’hamino del Norte, nebeutoc’h a dud, krapadennoù tenn. Betek 275 m a-dreist live ar mor eh omp degouezhet er fin ha diskennet trumm en ur ober tri c’hilometr. Ar mor a welemp bepred, a bell pe a dost.

Cela me rappelle les plus belles portions du Camino del Norte, moins de monde, de bonnes côtes. On va jusqu’à 275 m au dessus du niveau de la mer et à la fin on redescend brusquement en trois kilomètres. On avait toujours la mer en vue, de loin ou de près.

2018 06 24 Fisterra

Eil devezh diskuizh ha brav an amzer. Eh on àr vord ar mor, un dibab a draezhennoù kaer, mouch avel ebet hag ur sae-gouronkal nevez !

Deuxième jour de repos et le temps est beau. Je suis au bord de la mer, beaucoup de belles plages, pas un souffle vent, et j’ai un maillot de bain tout neuf !

Kavet em eus ur preti dalc’het get un Alamantez ag ar Baden-Würtemberg hag he gwaz Spagnolat. Ar vatezh get he minc’hoarzh lirzhin zo hegarat-bras : un Hungarianez, daet àr-droad ag he bro ha dilezet he labour ijinourez trevourel en ur gêr vras du-hont rak chomet eo filimet get ar lec’h. Ar Frontera emañ anvet ar preti hag en erbedan a-galon-vat d’ar re o deus c’hoant debriñ boued saourus, temzet mat, get kig pe get.

J’ai trouvé un restaurant tenu par une Allemande du Bade-Würtemberg et son mari espagnol. La serveuse au sourire joyeux est très aimable : c’est une Hongroise, venue à pied de son pays et qui a abandonné son travail d’ingénieur en génie civil dans une grande ville là-bas car elle est tombée sous le charme de cet endroit. Le restaurant s’appelle la Frontera et je le recommande chaudement à tous ceux qui aiment les bonne tables, et les mets délicieux, bien assaisonnés, avec viande ou non.

 

 

Setu, debret mat hag em angellet mat ivez, ur choug ha me da ergerzhiñ en-dro ar ragenez, aet doc’h tor Monte San Guillermo evit gwelet traezhenn Mar de Fóra. Brav ha gouez eo honnezh met dañjerus-bras èl traezhennoù mervent Bro-C’hall pe Euskadi.

Après avoir bien mangé et m’être bien baignée, une petite sieste et je repars explorer la presqu’île, je vais sur les pentes du Mont San Guillermo pour admirer la plage de Mar de Fóra.. Elle est belle et sauvage, mais très dangereuse comme les plages du sud-ouest de la France ou celles du Pays Basque.

2018 06 23 Fisterra > Capo Fisterra

Goude bout kerzhet 31 km em eus taolet ma sac’h en albergue « Por fin », da lâret eo « evit echuiñ » dalc’het get Hungarianiz met digor d’an holl èl m’o doa skrivet. Evit div nozvezh. Ur strinkadenn hag ur choug-ac’hoez evit loskel ma divhar da zifoeñviñ hag eh an da glask ma « Fisterrana », un diplom nevez é testeniiñ em eus kerzhet a Santiago da Benn ar Bed. Roet eo bet din ar baperenn a-raok rak dibabet em eus gober ar monedone seizh kilometr goude koan ha disamm.

Après avoir marché 31 km j’ai posé mon sac à l’auberge « Por fin », c’est-à-dire «  pour finir » ; tenue par des Hongrois mais ouverte à tout le monde comme ils l’avaient écrit. Pour deux nuits. Une douche et une sieste pour laisser mes jambes dégonfler et je vais chercher mon « Fisterrana », un nouveau diplôme qui atteste que j’ai marché de Saint-Jacques au Bout du Monde. On m’a donné le papier en avance car j’avais décidé de faire l’aller-retour après souper et sans sac à dos.

Keuz ebet da gaout rak ur nozvezh boemus e oa. Nebeutoc’h a don èl evit Nozvezhioù Marzhus Emvod ar Gelted met son ar gaiteros a zasonne ha mouezh ar sardin krazet e preti an tour-tan a nije en aer. Gouel Yehann ! Aet eo an heol da gousket da 22e22 èl ma oa deleet ha ne santen ket mui skuizhder an devezh. Àr an diskenn é tistroiñ da gêr em eus gwelet e-leizh a breñved-gouloù met goulaouenn-kêr ebet àr tri c’hilometr.

Je n’ai pas regretté ce choix car c’était une nuit magique. Plus de sobriété que les Nuits Magiques du Festival Interceltique de Lorient, mais la musique des gaïteros résonnait et l’odeur des  sardines grillées parfumait l’air autour du restaurant du phare. La Saint-Jean ! Le soleil s’est couché à 22h 22 comme il se doit, et je ne sentais plus la fatigue de la journée. En redescendant vers la ville j’ai vu beaucoup de vers luisants, mais aucune lumière de la ville sur trois kilomètres.

2018 06 23 Hospital > Fisterra

 

 

2018 06 22 Santa Mariña > Hospital

Devezh an aerluzelloù eo bet hennezh. Àr-lein an torgennoù uhel emaint displeget èl un dantelenn. Kuzhet pa gouezh ar vrumenn pe pa ziskenn ar c’houmoul, gris pa vez kuzhet an heol get ar c’hogus uhel ha gwenn pa splann an heol. Ur bochad bravoc’h evit ar peulioù tredan divalav a grap hag a zichenn ar menezioù. Traonennioù don a zo ivez hag ar Ruta Fábrica da Luz (an hent d’ober tredan) hon eus kroazet e kostez Olveiroa.

C’est la journée des éoliennes. Elles se découpent en haut des collines comme une dentelle . Cachées quand la brume tombe ou quand les nuages gris descendent bas, grises quand le soleil est masqué par les nuages d’altitude, et blanches quand le soleil brille. C’est bien plus beau que les poteaux électriques qui montent et descendent des montagnes. Il y a aussi des vallées profondes et nous avons croisé la Ruta Fábrica da Luz (le chemin pour faire de l’électricité) du côté d’Olveiroa.