2018 02 16 Kemperle > Pont-Skorv

Dindan an heol kaer e kuitaomp Kemperle àr-zu Redene. Rev a zo. Chomet ‘omp da straniiñ ha da gaozeal get hon ostiz, dirak an tan. Ur blijadur ‘vehe bet tremen an devezh èl-se met ne oa ket hor pal ! A-benn ar fin, n’hor bo ket treuzet kêr na bizitet iliz-abati ar Groaz Santel ar gêr milblez, nag hetaet ribloù an Elle kennebeut.
C’est sous un grand soleil que nous quittons Quimperlé en direction de Rédéné. Il y a de la gelée. Nous sommes restées traîner et parler avec notre hôte devant le feu. C’eût été un plaisir de passer la journée ainsi mais ce n’était pas notre objectif ! Nous n’aurons pas traversé la ville finalement, ni visité l’abbatiale Sainte-Croix de la ville millénaire et non plus remonté les bords de l’Ellé.

IMG_20180216_101332-min
Un ti dilezet hag en deus anavet un amzer gwelloc’h, sur a-walc’h. . [Une maison abandonnée qui a sans doute connu une meilleure époque .]
Degouezh a raomp e bourc’h Redene troioù 11 eur, lec’h ma evomp ur banne kafe tomm e-tal an iliz.
Nous atteignons le bourg de Rédéné vers onze heures, où nous buvons un café bien chaud près de l’église.

IMG_20180216_111257-min
Iliz Redene, ken uhel e-kreiz ar vourc’h. [L’église de Rédéné dominant le centre-bourg.]
E penn-kentañ an enderv eh omp é tostaat doc’h Pont-Skorv hag e tizoloomp chapel Lesbin hag a oa bet iliz-parrez. Pegen kaer eo dindan an neñv glas hag an heol splann ! Ar vered zo tro-dro dezhi, goudoret get un ivinenn kozh-Noe hag ur c’halvar kozh brav.
Nous approchons de Pont-Scorff en début d’après-midi et découvrons la chapelle de Lesbin qui en fut autrefois l’église paroissiale. Comme elle est belle sous le ciel bleu et le soleil éclatant ! Le cimetière l’entoure, abrité par un if ancestral et un beau calvaire.

Plasenn an ti-kêr eo termen an tennad. Pellgomz a raomp d’hor gwazed dont d’hor c’hlask du-se rak èl ma n’omp ket pell a gêr hon eus divizet tremen an nozvezh e Lannarstêr. Adkrog a raimp er memes lec’h ‘benn an tronoz !
La fin de l’étape, c’est la place de la mairie. Nous téléphonons à nos époux de venir nous y chercher car comme nous ne sommes pas loin de la maison nous avons décidé de passer la nuit à Lanester. Nous repartirons de ce même lieu le lendemain matin !

2018 02 15 Ar Faoued > Kemperle

Abred he deus Rose-Anne, hon ostizez kuitaet he zi, hag àr-lerc’h bout leiniet e kompagnunezh he gwaz hon eus tapet an hent trema Kemperle. Un arest e korn ar ru evit preniñ bep a harzell evit merenn ha setu-ni àr-zu Sant-Fiakr ar Faoued, brudet en arbenn a werzenn Loeizig ar Ravalleg. Erruet eno hon eus bizitet an troàrdroioù rak d’ar c’houlz-mañ ag ar blez ne vez digoret nemet d’enderv d’ar Sadorn ha d’ar Sul. Ret e vo dont en-dro !
Rose-Anne a quitté la maison de bon matin. Quant à nous, après un petit-déjeuner en compagnie de son époux, nous prenons le chemin en direction de Quimperlé. Nous faisons arrêt à la boulangerie au coin de la rue pour acheter notre casse-croûte pour midi et nous dirigeons vers la chapelle de Saint-Fiacre du Faouët, que la complainte bretonne de Louis Le Ravallec a rendue célèbre. Là, nous visitons les alentours car à cette époque de l’année elle n’est ouverte que l’après-midi du samedi et du dimanche. Il faudra revenir !

IMG_20180215_094821-min
Chapel Sant-Fiakr ar Faoued. [La chapelle Saint-Fiacre du Faouët.]
Gleb-mat eo ar minochennoù bepred mêmes ma tiskouez an amzer bout dic’hlav evit an devezh. Hon ostizez he deus dialiet-groñs deomp heuliiñ ar stêr Elle àr-lerc’h Tremeven rak dic’hlannoù zo du-se. Ha gwelet a raomp erhat penaos emañ bras an dour en he adstêr Naig a p’he zreuzomp diàr ur bontenn.
Les sentiers sont encore tout détrempés même si la journée s’annonce exempte de pluie. Notre hôtesse nous déconseille fortement de longer l’Ellé après Tréméven en raison de la crue de la rivière en cette portion du chemin. Nous nous en rendons bien compte au passage de la passerelle qui enjambe son affluent, le Naïc.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Goude merenn e tizhomp ur prad lec’h m’emañ tolpet ar saout tost doc’h ar c’hleuz, é klask achap doc’h ar vouillhenn. Tremen an traktourioù bras ken pounner en deus mac’het ar leur ken na weler ket mui kalz a c’hlazadur er prad-mañ. Gwashoc’h c’hoazh evidomp : stanket eo an hent-douar get orjal tredan e-barzh. Penaos soubliñ dindane evit mont en tu ‘rall get ur sac’h-kein bras ha pounner hep en em gailhariñ penn-kil-ha-troad pe rudellat penn-dre-benn er fank ? ! Met get harp an div arall e kavomp an tu d’en ober hep pokat d’ar fank ha d’ar c’hrampouezh-saout…
Après midi, nous atteignons une prairie où les vaches se sont regroupées sur le talus, tentant d’échapper à la boue. Le passage de gros tracteurs si lourds a damé le sol si bien qu’on ne voit beaucoup de verdure dans cette prairie. Pire encore pour nous : le chemin est barré par des fils électriques en charge. Comment faire pour les franchir par en-dessous avec un gros sac à dos bien lourd sans s’enduire de boue de la tête aux pieds ou sans se vautrer dans la glaise ? ! Mais, avec l’aide des deux autres, nous parvenons à le faire sans nuire à la glaise mêlée de bouse… 

Pelloc’hik, pa dostaomp doc’h an ti-feurm e kavomp un traktour ramzel get ur logell kloz ha rodoù tost d’ur metrad a ledander. Mont a ra get e hent. Klask a raomp eskemm ur sin get ar blenier met respont ebet, man ebet ag e berzh. Petra ‘ra ar gwragez-se àr an hent ? Ne vern ket dezhañ doc’h ar seblant. Pellaat a raomp neuze doc’h ar lec’h gouez-se en ur soñjal ne rank ket bout forzh eürus an den n’en deus ket amzer da respont doc’h salud an dremenidi, pas mêmes get ur serr-lagad pe ur minc’hoarzh.
Un peu plus loin nous approchons d’une ferme et croisons un tracteur géant équipé d’une cabine de conduite bien close et de roues de presque un mètre de largeur. Il continue sa route. Nous tentons un signe d’échange mais le conducteur ne nous répond pas, pas même par un geste. Que font ces femmes sur le chemin ? Ça ne le concerne aucunement apparemment. Nous nous éloignons alors de ce lieu sauvage pensant que ne doit pas être bien heureux celui qui n’a pas le temps de répondre au salut des passants, pas même par un clignement d’œil ou un sourire.

 Ur wezh tapet an hent bras D790 e pellgomzomp d’hon ostizion evit ma taint d’hon tapout àr an hent hag hor c’has betek o zi. Mignoned da Martine int ha trugarekaat a ran anezhe amañ evit o degemer c’hwek ha karadek.
Alors que nous rejoignons la départementale D790, nous appelons nos hôtes pour qu’ils viennent nous chercher sur le chemin. Ce sont des amis de Martine et je les remercie ici pour leur accueil chaleureux et généreux.

2018 02 14 Gourin > Ar Faoued

IMG_20180214_092744-min
Chapel Sant-Gwenole Gourin. [La chapelle de Saint-Guénolé à Gourin]
Troioù 9 eur vintin e kuitaomp an ostaleri e Gourin evit kemer hent ar chapelioù. Loc’het omp evit un tennad a 24 km. Mat e vo. Àr ar paper atav ! E gwirionez e lakaomp ur bochad amzer rak ar glav kouezhet an deizioù kent hag e-pad an deiz-mañ ivez hor redi da loveiñ e-barzh an nivarzhoù evit diwall a gargiñ hor botoù get dour pe bouilhenn.
C’est vers 9 heures du matin que nous quittons notre hôtel de Gourin pour emprunter le chemin des chapelles. Nous sommes parties pour une étape de 24 km. C’est raisonnable. Au moins sur le papier. Mais en fait nous mettons beaucoup de temps car la pluie tombée les jours derniers ainsi qu’aujourd’hui nous oblige à louvoyer dans les chemins creux pour ne pas remplir nos chaussures d’eau ou de boue.

Kreisteiz hanter eo pa antreomp e tavarn Marie-Odile Tanguy. Un eur dereat evit ur wezh ! N’omp ket ken pell-se doc’h hor bro a-benn ar fin er Sent rak kavout a ra Martine e anav gozik gwelloc’h ar batronez he familh eviti he-unan ! Toerion o deus kavet bod en davarn-mañ ivez hag a anav ma zad-kaer, hag a c’houlenn doare yec’hed ma mamm-gaer ivez ! Na souezhus ! N’eo ket lâret em behe toullet komz gete diàr an dra-mañ e Lannarstêr pa vehen en em gavet gete…
À midi et demi nous entrons dans le café de Marie-Odile Tanguy. C’est une heure convenable pour une fois ! Nous ne sommes plus si loin de chez nous finalement au Saint car Martine découvre que la patronne connaît presque mieux sa famille qu’elle-même ! Il y a aussi des couvreurs qui ont aussi trouvé accueil dans ce bar et qui connaissent mon beau-père. Ils me demandent même des nouvelles de la santé de ma belle-mère ! Comme c’est étonnant ! Ce n’est pas dit que j’aurais entamé cette conversation avec eux si je les avais rencontrés à Lanester…

Hent Sant-Jakez a ra un distro a bevar c’hilometr mat evit mont da chapel Santez-Barban ar Faoued. Diviz a raomp tapout un hent eeunoc’h rak tu a vo deomp distro aze ur wezh arall pa ne vimp ket ken skuizh, na ken treantet get ar yenijenn. N’eo ket pitaod ar vro-mañ hag e lec’hioù ‘zo, diamenoc’h, e welomp ur bochad tier dilezet pe paour-razh.
Le chemin de Saint-Jacques fait un détour de quatre bons kilomètres pour passer par la chapelle Sainte-Barbe du Faouët. Nous décidons de prendre un parcours plus direct car nous aurons l’occasion d’y revenir une autre fois quand nous serons moins fatiguées et moins transies de froid. Le pays n’est pas bien riche et dans certains lieux plus reculés nous voyons beaucoup de maisons abandonnées ou très pauvres.

 

Herberc’het omp e ti Rose-Anne, un ostizez ha perc’hindourez anavet-mat get Mignoned Sant-Jakez e Breizh. Ur vaouez kalonek, miloberiant, gouestlet he amzer geti da sikour an dud ha da roiñ joa d’an holl. Keginerez a-vicher emañ daet da vout àr an diwezhadoù hag erlec’hiiñ a ra ar re glañv e skolajoù ar c’hornad. Fardet he deus ur goan magus ha lipous evit an noz hag he debriñ a raomp get kalon en ur ziviz geti hag he gwaz. Diwezhat a-walc’h eo pa yaomp da gousket met keuz ebet da gaout, ken tomm ma oa an degemer. Rankout a ray Rose-Anne kuitaat da 5 eur hanter vintin. Ha ni diwezhatikoc’h, sur-mat !
Nous sommes hébergées chez Rose-Anne, une hôtesse et pèlerine bien connue par les Amis de Saint-Jacques en Bretagne. Une femme courageuse, très active, toujours prête à aider les gens et à donner de la joie à tous. Elle est devenue cuisinière de métier sur le tard et remplace les absents dans les collèges de la contrée. Pour ce soir elle a concocté un dîner reconstituant et savoureux que nous dégustons avec appétit tout en conversant avec elle et son mari. Il est plutôt tard quand nous allons dormir mais pas de regrets à avoir tant l’accueil était chaleureux. Rose-Anne devra quitter la maison vers 5 heures et demie du matin. Et nous, plus tard, sans doute !

img_20180214_220339_Ar Faoued get Rose-Anne Le Tenier-min
Rose-Anne, hon ostizez, he deus tapet hon poltred. Re skuizh e oamp evit gober un emboltred. [C’est Rose-Anne, notre hospitalière qui nous a prises en photo, Nous étions trop fatiguées pour faire un selfie.]

2018 02 13 Landelo > Gourin

Freskik an deiz a pa zihunomp er Presbital Kozh. Marie-O zo diskennet e-kreiz an noz ha gweet he zroad er viñs. N’he deus ket re a zroug ur sort. Glav a ra. Koutant-bras on get ma c’habell-glav nevez, ken skañv ha ken gwarezus, get he mañchoù hir hag he frimserrell he lak da vout hañval doc’h ur vantell. Hani Marie-O a zikouez bout mat ivez a-fed ment met chom a ra aezhenn ar c’horf en diabarzh hag a-barzh nebeut amzer e ta dezhi bout gleb ha diskonfort. Martine he deus unan stumm poncho, ur bochad berroc’h ha get serrelloù-gwask diaes-bras da sankiñ. Nijal a ra get an avel mar a wezh ha dizoliñ he divhar hag he chupenn. Adal ma tavo ar glav d’an abretañ !
Au Presbital Kozh, le temps est frisquet à notre réveil. Marie-O est descendue par l’escalier en colimaçon au milieu de la nuit et elle s’est tordue le pied. Elle ne souffre pas trop quand même. Il pleut. Je suis très contente de ma cape de pluie toute neuve, si légère et bien enveloppante, avec ses longues manches et sa fermeture à glissière elle est semblable à un manteau. Celle de Marie-O est de taille convenable mais elle ne laisse pas s’échapper la condensation si bien qu’au bout d’un moment l’humidité gagne et la rend inconfortable. Quant au poncho de Martine, bien plus court, il est fermé par des pressions très difficile à enfoncer. Il a tendance à voltiger et à découvrir les jambes et l’anorak. Pourvu que la pluie cesse au plus vite !

IMG_20180213_074205-min
Kentañ tra d’ober da vintin eo dastum an dilhad a zo bet gwalc’het an neizhour ha sec’het e-pad an noz. Ur gordennig ha gwaskoù am boa kaset em sac’h, eürus a-walc’h. [La première chose à faire le matin c’est de ramasser les vêtements lavés la veille et mis à sécher pendant la nuit. Heureusement que j’avais emporté une corde et des pinces à linge!]
IMG_20180213_093215-min
Setu-ni prest da guitaat ar Presbital Kozh, hon seier en disglav dindan hor c’habelloù. [Nous voici prêtes à quitter le Presbital Kozh, nos sacs bien abrités de la pluie grâce à nos capes.]
É kuitaat Landelo e treuzomp kember ar stêrioù Iêr hag Aon e Pont-Trifin. Hent an alaj-enep a gemeromp get mil boan ken gleb èl m’emañ ha ne welomp ket ar bir evit mont a-gleiz rak damzistrujet eo : e-lec’h lenn troiñ e komprenomp e ranker derc’hel da vont eeun. 800 m diwezhatoc’h e arestan evit gwiriekaat ar gartenn skoachet dindan ma c’habell. Fariet ‘omp ! Klask a raomp mont a-dreuz karter met dibosubl eo deomp krapout an dorgenn a sav tenn a-zoc’h an alaj. Priellek eo an douar ha goloet a zrein. Re bounner eo hor sec’hier ha landrammet ‘omp get hor c’habelloù. Mont àr-gil, setu ar pezh a rankomp gober…
En quittant Landeleau nous traversons le confluent de l’Hyère et de l’Aulne à Pont-Triffen. Nous nous engageons sur le chemin de contre-halage avec beaucoup de difficulté tant il est mouillé et nous ne voyons pas la flèche pour tourner à gauche car elle est à moitié cassée : au lieu d’y lire un changement de direction nous comprenons que l’on doit continuer tout droit. 800 m plus loin, je m’arrête pour vérifier la carte qui était à l’abri sous ma cape. Nous nous sommes trompées ! Nous essayons de prendre un raccourci en gravissant le côteau abrupt qui prend pied sur le halage. Le sol est argileux et recouvert par les ronces. Nos sacs sont trop lourds et nos capes nous encombrent. Une seule chose à faire : rebrousser chemin…

IMG_20180213_104135-min
Ar C’hanol a Naoned da Vrest e Pont-Trifin, e Kledenn-Poc’hêr e kember ar Stêr-Iêr hag ar Stêr-Aon. [Le Canal de Nantes à Brest à Pont-Trifin, à Cleden-Poher, au confluent de l’Hyère et de l’Aulne.]
IMG_20180213_104145-min
Beuzet e oa hent an halaj-enep lec’h m’hon eus kerzhet un tamm mat re bell. [Le chemin de contre-halage sur lequel nous avons cheminé bien trop longtemps était inondé.]
IMG_20180213_124024_BURST001_COVER-min
Porzh ar person e Spezet a zo bet dilezet bremañ met heol kreisteiz er lak da vout brav. [Le presbytère de Spézet est maintenant délaissé mais le soleil de midi qui brille le rend pittoresque.]
IMG_20180213_124533_BURST001_COVER-min
Bourc’h Spezed get e dier liesliv. Ur soñj ag ur vro c’hlas arall… [Le bourg de Spézet avec ses maisons multicolores. Un air d’un autre pays verdoyant…]
Pa’n em gavomp e bourc’h Spezed e kavomp repu en davarn « Le Shelton ». Aotreet ‘omp get an ostiz da zebriñ hon pred tennet ag ar sac’h. Ur banne yen ha tomm da bep unan evit em gennerzhiñ e-pad ma sec’ha manegoù, botoù ha chaosetoù. Ha dao d’an hent !
Quand nous arrivons au bourg de Spézet nous trouvons asile dans un pub « Le Shelton ». Le patron nous autorise à manger notre casse-croûte tiré du sac. Une boisson chaude, une boisson froide à chacune pour nous redonner de la force tandis que nous faisons sécher gants et chaussettes et chaussures. Et ça repart !

IMG_20180213_144736-min
Kein ar Menezioù Du a-hed gwel. [La crêtes des Montagnes Noires à perte de vue.]
Kerzhet a raomp c’hoazh un ugent kilometr bennak dre hentoù ha koadoù, taouarc’hegi ha minochennoù. Hir eo an hent d’hon divhar skuizh. Ha nosaat a ra pa arruomp get Gourin. Glav yen-sklas é c’hober adarre ha difraeiñ a raomp betek an ostaleri lec’h m’hon eus miret div gambr ha koan.
Nous marchons encore pendant une vingtaine de kilomètres par chemins et bois, tourbières et sentiers. La route est longue pour nos jambes fatiguées. La nuit tombe à notre arrivée à Gourin. La pluie glacée se remet à tomber et nous nous dépêchons de trouver notre hôtel où nous avons réservé deux chambres et le dîner.

IMG_20180213_200446-min
Da 8 eur da noz e antreomp en hor c’hambr ostaleri, skuizh-divi. Na bourrapl eo em astenn é c’hortoz he zro da vont d’ar vreliñsadenn ! [Il est 20h quand nous entrons dans notre chambre d’hôtel. Comme c’est bon de s’étendre en attendant son tour pour se doucher !]

2018 02 12 Brenniliz > Landelo

IMG_20180212_112137_rev wenn e Brenniliz -min
Profitomp ag ar gwel marzhus-mañ rak teuziñ a rae emberr. [Profitons de la vue féérique car tout aura fondu dans peu de temps.]
Cheñchamant amzer : gwenn eo ar vro d’ar gouloù-deiz ha kuitaat a raomp hor bod àr-lerc’h ur lein sonn hag eskemmoù dedennus get an ostizion. Da greisteiz rik en em gavomp get iliz Sant-Herbod lec’h ne welomp nemet ur vaouez a oa é skubat dirak treuzoù he dor a-dal d’an iliz. Digor eo ar savadur. Gober a raomp hor mad ag ar weladenn, ken kaer ar gwerelloù get heol splann kreiz an deiz.
Changement de temps : la campagne est toute blanche au petit matin et nous quittons notre gîte après un copieux petit-déjeuner agrémenté d’échanges intéressants avec nos hôtes. À midi précis nous nous trouvons à Saint-Herbot où nous ne rencontrons qu’une femme qui balayait devant sa porte. L’église est ouverte. Nous profitons bien de notre visite et des vitraux si bien mis en valeur par le soleil de midi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Torriñ a raomp hon naon ur wezh savet ar grapadenn tenn a gas maez da Sant-Herbod àr-zu Kolloreg. Àr gribenn ar vro eh omp, ha gwelet a raomp Menezioù Arre doc’h un tu hag ar Menezioù Du doc’h an tu ‘rall. Hir eo an hent neoazh, 27 km embannet àr levr Kevredigezh breizhat Mignoned Sant-Jakez, astennet get daou gilometr arall, d’ar bihanañ, get hon pennoù dievezh… Kement-se hor lak da erruout e Landelo troioù 6e da noz.
Nous nous restaurons après avoir gravi la route pentue qui nous conduit hors de Saint-Herbot en direction de Collorec. Nous sommes sur la colonne vertébrale de la Bretagne et nous pouvons voir les Monts d’Arrée d’un côté et les Montagnes Noires de l’autre. Le chemin est long toutefois, 27 km affiché dans le livret de l’Association bretonne des amis de St-Jacques, itinéraire augmenté d’au moins deux kilomètres grâce à nos têtes inattentionnées… Et nous atteignons Landeleau vers 6h du soir.

 

É soñj e oamp debriñ en davarn lec’h ma vez servijet meuzioù tomm met siwazh deomp ! Serret e oa an ti. Ur stalig nemeti, bihan-tout, a oa digor ha gellet hon eus preniñ boued evit noz ha mintin.
Nous comptions dîner au café où on aurait pu nous servir des plats chauds. Hélas il était fermé. La petite épicerie était ouverte et nous avons pu acheter de quoi dîner et petit-déjeuner. 

IMG_20180212_191344- banniel Kan an Douar e presbital Landelomin
Banniel ar gevredigezh « Kan an Douar » advodet he izili bremañ get kevredigezh « Oaled Landelo » a ra buhez d’ar lec’h. [La bannière de l’association « Kan an Douar » dont les membres sont à l’origine de l’association « Oaled Landelo » animatrice du lieu.]
E penn-kentañ miz C’hwevrer ne vez ket forzh darempredet ar lojeris hag en desped d’ar gward bout elumet an tan a-raok hon donedigezh n’eo ket bet re domm deomp… Setu petra ‘oa aezamantoù hon hendadoù er grennamzer, moarhat. E kambr ar person hon eus kousket, luskellet get trouz ar glav hag an avel.
Le gîte n’est pas très fréquenté en début février et bien que le gardien ait allumé le chauffage avant notre arrivée, nous n’avons pas très chaud… Voilà ce qu’était le confort du temps de nos ancêtres au moyen-âge. Nous dormons dans la chambre du curé, bercées par le bruit de la pluie et du vent.

https://www.gite-presbitalkozh-landeleau.bzh

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

2018 02 11 Ar C’hloastr-Plourin > Brenniliz

IMG_20180211_092112-min
Ti Kermorgant lec’h m’hon eus kousket ha bevet mat gras da Jean-Jacques ha Sylvette, hon ostizion. [La maison de Kermorgant où nous avons dormi et bien vécu grâce à nos hôtes, Jean-Jacques et Sylvette.]
IMG_20180211_092817-min
Àr ar peul pellgomz e c’heller merkiñ ur pegsun hent Sant-Jakez a ziskouez ne vez ket treuzet ar gêriadenn get an hent… [Sur le poteau téléphonique se trouve l’autocollant indiquant que le chemin de St-Jacques ne passe pas par le village…]
N’omp ket abretoc’h hiriv evit kuitaat hor bod, sec’h hon treid met torret hon divhar hag hon divskoaz. Dek pe unnek kilo àr hor c’hein n’omp ket kustum dougen ha kaer hon eus bet dibab dafar skañv, emañ ret kas dour ha boued, oc’hpenn dilhad tomm… Div amezegez a oa er c’hroashent é sellet doc’h ar linenn pellgomz diskaret get un amezeg arall en ur dremen get ur c’harrad plouz re uhel an neizhour. Pellgomz ebet, rouedad ebet ! Ha n’eo ket dav kontiñ àr ar 4G naket, ken diamen emañ.
Nous ne sommes pas plus matinales aujourd’hui lorsque nous quittons notre gîte, les pieds secs mais les jambes et les épaules endolories. Nous ne sommes pas habituées à porter dix ou onze kilos sur le dos et on a beau choisir des équipements légers, il faut aussi emporter eau et nourriture en plus des vêtements chauds… Au carrefour, nous trouvons deux voisines en conciliabule devant la ligne téléphonique gisant sur la route, abattue la veille au soir par la charrette de paille trop haute d’un autre voisin. Pas de téléphone, pas de réseau ! Et ne comptez pas non plus sur la 4G dans un lieu si reculé.

Un nebeud àr-lerc’h 11 eur e tizhomp abati ar Releg, e kember an tri eskopti (Treger, Leon ha Kerne). Chom a raomp eno un tri c’hard eur bennak é weladenniñ ar lec’h hep gellet mont e-barzh siwazh. Direnket get trouz bouzarus ur bagad kwadoù e loc’homp trema Tredudon e Berrien. Redek a ra an dour e-barzh ar minochennoù hag añdur a raomp irvi don laosket e-barzh hon hent get ar c’hwadoù trouzus !
Il est 11 heures  passé quand nous atteignons l’abbaye du Relecq, au confluent des trois évêchés (Trégor, Léon et Cornouailles). Nous y passons environ trois-quart d’heures à visiter le site sans pouvoir y pénétrer malheureusement. Le bruit assourdissant d’une floppée de quads nous déloge et nous faisons route vers Trédudon-le-Moine en Berrien. L’eau inonde les sentiers et nous subissons les profonds sillons laissés par les quads bruyants dans notre chemin !

Treuziñ a raomp bourc’h ar Fouilhez hep straniñ rak droug-kof zo get M.O.. Chom a ran da gontiñ an turiadennoù gozed e Koad Amour, e lein ar vourc’h. Soñjal a ran e ma dousig hag a zo gozataer daonet… Gwazhioù gwir eo ar minochennoù ha dav eo deomp sailhal a-gleiz hag a-zehoù, en ur gammigelliñ èl yer mezv, hag en ur gargiñ seulioù hor botoù get fank.
Nous traversons le bourg de La Feuillée sans traîner car M.O. se plaint du ventre. Je m’attarde toutefois à compter les taupinières qui ont surgi dans le Bois d’Amour, en haut du bourg. Une pensée pour mon chéri, taupier invétéré… Les chemins sont de vrais ruisseaux et nous marchons en zigzag, comme des poules saoûles, tout en alourdissant nos semelles avec la boue.

Ur grapadenn c’hoazh kent degouezhout e bod ar Youdig troioù 5e noz. An 16 km a oamp sañset kerzhet a zo daet da vout 20 km. Penaos an diaoul emañ bet hiraet a gement-se ? Moarhat en deus ar GPS kontet kement paz a-dreuz a raen evit chom hep glebiñ ma zreid. N’eo ket echu an abadenn !
E bod ar Youdig eh omp lojet en ur gambr tri gwele. Fresk a-walc’h met tommoc’h eo ar gegin hag ar soubenn. Martine a ra enor d’ar chistr rak « Ne vimp ket evit advontiñ ar voutailh », a lâra-hi… Keulfe da 9e30 noz, koulsoc’h evit an neizhour. Furaat a raomp.
Encore une montée avant d’atteindre le gîte du Youdig vers 5 heures du soir. Les 16 km se sont transformés en 20. Comment diable s’est donc allongé le chemin de la sorte ? Sans doute est-ce le GPS qui comptabilise chacun des pas de côté que j’ai fait pour garder les pieds secs. Ce n’est pas fini !
Nous avons réservé une chambre à trois lits au gîte du Youdig. Les chambres sont un peu fraîches mais la cuisine est hospitalière et la soupe bien chaude. Martine fait honneur au cidre car « on ne peut pas reboucher la bouteille », dit-elle. Extinction des feux à 21h30, plus tôt que la veille. Nous devenons plus sages.

2018 02 10 Plouganoù > Ar C’hloastr-Plourin

9e30 ! Diwezhat a-walc’h eo pa grogomp get hon devezh, ha c’hoazh, e karr hon ostiz hag hor c’has 4 km a-zoc’h an Treizh. Diskuizhet-mat ha leun hor c’hof get ar boued lipous zo bet roet deomp da noz ha da vintin. Goloet an amzer met profitiñ a raomp ag ar gwel kaer pa dostaomp doc’h beg ar stêr, doc’h an izelvor.
9h30 ! Nous commençons notre journée un peu tard, et pire encore, véhiculées par notre hôte qui nous dépose à environ 4 km de Dourduff-en-mer. Nous sommes bien reposées et bien nourries par les bons petits plats de notre hôtesse, du dîner au petit-déjeuner. Le temps est couvert mais ne nous empêche pas de profiter du paysage dès que nous atteignons l’embouchure de la rivière à marée basse.

IMG_20180210_104257-min
An Treizh d’an izelvor. [Dourduff-en-mer à marée basse.]
Un ehanig evit evit ur lomm ha traoù arall ivez… N’omp ket c’hoazh forzh barrek evit sevel hor seier-kein, stagiñ ar gouriz èl ma faot evit skañvaat ar bec’h, hep komz ag ar gorzenn suniñ dour pe hirder ar brikoloù…
Une petite pause pour se désaltérer et plus si affinités… Nous ne sommes pas encore très expérimentées pour soulever nos sacs, attacher correctement la ceinture pour alléger le fardeau, sans parler du flexible d’hydratation ni de la longueur des bretelles…

Ur wezh treuzet pont an Treizh e troomp a-gleiz àr-zu Susunioù. Heuli a raomp ar stêr en tu kontrol ha sevel a raomp a-zehoù dre ar c’hoad evit degouezhout e Plouyann. Ur gaer a gêriadenn eo get un iliz adkempennet brav, kenkoulz èl savadurioù arall ar porzh-bered. Ne chomomp ket da ruzal rak troiñ a ra an eur ha pell eo Montroulez lec’h ma faot deomp debriñ hor merenn. Treuziñ a raomp neuze park kastell Keranrouz ha da 1e20 e choukomp dirak kapitendi porzh Montroulez.
Après avoir franchi le pont de Dourduff-en-mer nous prenons à gauche le sentier de l’autre rive en sens inverse. Nous obliquons ensuite vers le sud par la forêt en direction de Suscinio pour arriver à Ploujean. C’est un beau village avec une église bien restaurée, ainsi que les autres constructions de l’enclos paroissial. Nous n’y faisons pas de vieux os car l’heure tourne et Morlaix où nous comptons pique-niquer est encore loin. Nous traversons le parc du château de Keranrous et à 13h20 nous nous posons devant la capitainerie du port de Morlaix.

IMG_20180210_121312-min
Chapel-karnel porzh-bered Plouyann. [La chapelle-ossuaire de l’enclos paroissial de Ploujean.]

Tapennoù glav evit merenn hep re ur sort ! Deiz ar marc’had eo ha kavout a raomp frouezh da breno evit an deizioù da zont. Gwir eo emañ ur prederi soñjal preno boued hep ponneraat hor sac’h betek re met kaout trawalc’h neoazh ma ne gavomp ket stal ebet digor a-raok ar Meurzh. Klementin hag avaloù, teir frouezhenn da bep unan, pas muioc’h !
Tenn eo ar grapadenn evit mont maez a gêr en ur dremen dirak ar lise Corbière.
Quelques gouttes de pluie arrosent notre casse-croûte sans trop insister. Comme c’est le jour du marché, nous achetons quelques fruits. Le ravitaillement est une vraie préoccupation car il ne faut pas trop alourdir notre sac tout en assurant notre nourriture d’ici mardi. Clémentines et pommes, pas plus de trois fruits chacune !
La sortie de ville est très pentue et nous amène jusqu’au lycée Tristan Corbière

IMG_20180210_132146-min
Montroulez : emañ ar pont bras dirak ma daoulagad. Kredit ar wirionez. [Morlaix : le viaduc est devant moi. Vous pouvez me croire !]
Plaen ha eeun eo an hent glas hor c’has betek Plourin-Montroulez, ha digor d’an avel ivez. Ur banne kafe tomm e-barzh un davarn hag e krogomp get un tennad diaes. Redek a ra an dour àr an hent, fank, bouilhenn. Ne’m eus ket goar dober skeudennoù pe dost. Gervel a ra hon ostiz mar a wezh da ouiet e men eh omp degouezhet. A-benn ar fin e ta d’hor c’hlask get e garr a pa zegouezhomp er C’hloastr-Plourin. Noz-du eo hag an hentad a chome genomp dober ne oa nemet hentoù don dismantret get rodoù ledan an traktourioù, ar c’hwadoù pe ar MTB (marc’hoù-houarn treuz bro !!). Degouezhet omp da 7e30 noz, reut hon divesker ha skuizh-divi. Eürus a-walc’h emañ konfort-tre kambr-ostizion Kermorgant. Goulennet hor boa debriñ eno ha rannet hon eus koan get an ostizion betek diwezhat ken dedennus e oa ar gaoz.
Hag-eñ en deus diroc’het unan ac’hanomp e-pad an noz ? Den ‘bet n’en deus gouiet !
La voie verte qui nous mène jusqu’à Plourin-lès-Morlaix est droite et aplanie, un peu exposée au vent aussi ! Un petit café chaud dans un bar et nous repartons vers une portion difficile. L’eau coule sur le chemin, la boue, la fange. Je n’ai pas la tête à faire des photos ou si peu. Notre hôte nous appelle plusieurs fois pour savoir où nous en sommes. Finalement, il vient nous chercher en voiture à l’entrée du Cloître-St-Thégonnec. Il fait nuit noire et la portion de chemin restante est constituée de chemins creux mis à mal par les larges roues des tracteurs où des VTT et autres quads. Nous arrivons à 19h30, les jambes raides et rompues de fatigue. Fort heureusement la chambre d’hôtes de Kermorgant est d’un grand confort. Nous avions demandé un repas pour le soir et nous avons partagé le dîner avec nos hôtes jusqu’à bien tard tant la conversation était intéressante.
Si l’une d’entre nous a ronflé pendant la nuit, personne n’en a rien su !

IMG_20180210_165307-min
Dister-mat eo ar vevenn etre ar wazh hag ar vinochenn etre Plourin-Montroulez hag ar C’hloestr-Plourin. [La limite entre le ruisseau et le sentier est bien ténue entre Plourin-lès-Morlaix et Le Cloître-St-Thégonnec.]

 

 

 

2018 02 09 Lokireg > Plouganoù

Ur ger a-raok :
Adstagiñ a ran get ma c’hontadenn àr-lerc’h un ehan a bevar miz. Tra lâret, tra deleet. Deomp dezhi neuze !
Un mot pour (re)commencer :
Je reviens à mon récit après quatre mois de pause. Chose promise, chose due. Je m’y attèle.

IMG_20180209_104501-min

An teir ferc’hindourez prest da loc’hiñ ! Le trio des pélerines sur le départ

Deiz kentañ ma hentad. Ambrouget on, pe ambrougiñ a ran  ma c’hoar Marie-Odile ha ma mignonez Martine. Divizet hon eus loc’hiñ eil sizhun miz C’hwevrer en desped d’an amzer vil ha gleb a zo bet, hag a zo prometet deomp. N’eo ket c’hoazh ma c’hoar àr he leve evit dibab ar c’houlz d’ober an esae-se, hag evidin-me, n’eo ket echu festival Deizoù an Emglev en Oriant. Dober a vo ac’hanin c’hoazh. Amprouiñ hon dafar hag hon nerzh a faot deomp a-raok ar « loc’hadenn veur » lakaet d’ar c’hentañ a viz Ebrel da zonet. Hag ivez, èl ma kinnig an hentoù hag ar minochennoù bout fankek ha karget a zour ivez, e vo a-dra-sur ur bleustradenn vat evit hor perc’hinded goude.
Premier jour de mon périple. Je suis accompagnée (ou bien est-ce moi qui accompagne) ma sœur Marie-Odile et mon amie Martine. Nous avons décidé de nous lancer la deuxième semaine de février malgré le mauvais temps qui nous est annoncé. Ma sœur n’est pas encore en retraite pour choisir une autre période. En ce qui me concerne, le festival des Deizioù an Emglev n’est pas terminé. On aura encore besoin de moi. Nous allons tester notre matériel et notre résistance avant le grand départ fixé au 1er avril. De plus, comme les chemins et sentiers promettent d’être boueux et mouillés, ce sera un bon entraînement pour la suite. 

Pad oamp degouezhet e Lokireg e oa ur barrad grezilh é pilat dour ar mor hag ur vaouez é c’houronkal get ur sae-neuial skañv… Kimiadet hon eus doc’h hor priedoù ha dav ! àr an hent trema ar reter da gomañs ha mervent da-c’houde ! Merenn hon eus debret dindan an heol, en dizavel, e-tal chapel Itron-Varia-Joaoù e Gimaeg. Heol hag avel a-hed an devezh dre-voneur. Met evit hon treid e oa un afer arall rak klasket hon eus tremen dre hentoù don beuzet. Dav eo bet deomp sevel àr ar c’hleuzioù ha treuziñ ar parkoù a oa gleb-par-teil, gwir treidolc’hoù !
À notre arrivée à Locquirec la grêle battait la surface de la mer alors qu’une femme prenait son bain en simple maillot… Nous avons fait nos adieux à nos maris et zou ! nous prenons le chemin en direction de l’est puis le sud-ouest ensuite ! C’est sous le soleil et à l’abri du vent que nous avons pris notre déjeuner près de la chapelle de Notre-Dame-des-Joies en Guimaëc. La journée a été ensoleillée heureusement et ventée. Mais pour nos pieds c’était une autre affaire en raison des chemins inondés. Il nous a fallu escalader les talus et traverser les champs eux-aussi transformés en véritables pédiluves.

 

 

Evit echu hon tennad hon eus divizet gervel hon ostizion rak « re zo re ha n’eo ket rezonabl ». Setu an itron Korr é tont get he oto evit hor c’has betek he zi. Degemeret omp èl rouanezed. Na bourrapl un nozvezh é tiviz geti hag he gwaz Michel, eñ hag en doa tapet Hent Sant-Jakez deiz kentañ e leve munuzer un nebeud blezioù ‘zo. Selaou a raomp get aked, é klask tapout alioù fur get un den prenet e skiant er memes aozioù.

Pour finir notre étape, nous nous sommes résolues à appeler nos hôtes car point trop n’en faut ! Et madame Corre de venir nous chercher en voiture pour nous amener chez elle. Nous y sommes reçues comme des princesses. Quelle soirée agréable nous avons partagée avec elle et son mari Michel. C’est lui le pélerin qui est parti sur le chemin au premier jour de sa retraite il y a quelques années. Nous l’écoutons avec grande attention, saisissant les bons conseils d’un homme d’expérience.

 

,

 

 

 

 

 

2018 06 30 Kastell-Paol > Montroulez

Erruet ‘on get ma devezh diwezhañ àr hent Sant-Jakez. Ur pistig e ma c’halon rak ‑ ret eo en anzav ‑ klasket em eus daleiñ an termen an disterañ. Loskus e vo an heol, get ar wrez àr-dro 30°C, met brumenn zo pa guitomp Kastell-Paol mintin-mat, ma c’hoar ha me. Heuliet ‘vo an aod d’an tostañ é hediñ ar parkoù legumaj. Ragenez Karanteg a-gleiz ha tour iliz Henvig doc’h an tu ‘rall, ne dreuzer bourc’h ebet ha sec’h e chom hon gourlañchenn, afi, ne gavomp tavarn ebet da evet ur lomm kafe pe dour fresk. Da 1e30 en em gavomp e Lokenole ha, boneur deomp, digoret eo bet Ti Gwenole teir sizhun ’zo. Degemerus-bras an ostizion yaouank ha mont a raomp pelloc’h get kalon. Dober hon eus rak evit echuiñ en em gollomp er c’hoad ha pa dizhomp ar stêr Pennele, e tapan doareioù a ma gwaz ha ma mab doc’h hon gortoz e Sant-Varzhin-Montroulez. Setu-ni enta doc’h o gortoz en ur lec’h pik-nik. Evit kloziñ an avañtur en em gavomp e-tal pont bras Montroulez é evet ur banne fresk get ur lodenn kouign-amann. Pik echu !

Voici arrivée ma dernière journée sur le chemin de Saint Jacques. Un petit pincement au cœur, car – il faut l’avouer – j’ai tenté de retarder la dernière échéance. Le soleil va donner, et la température avoisiner les 30°C, en attendant, c’est la brume qui nous accompagne à notre départ de St-Pol-de-Léon de bon matin. Nous allons longer la côte au plus près, longeant les champs de légumes. À droite la presqu’île de Carantec et le clocher d’Henvic de l’autre côté, nous ne traversons aucun bourg et notre gosier se dessèche, je veux dire que nous ne trouvons aucun bar pour y boire un petit noir ou une eau fraîche. À 13h30 nous nous trouvons à Loquenolé où, pour notre grande joie, le Ti Guenolé, nouveau restaurant-épicerie-café, s’est ouvert il y a trois semaines. Les aubergistes sont très accueillants et nous en repartons pleines de courage. Et c’est nécessaire car, pour finir, nous nous égarons dans le bois et alors que nous atteignons la rivière Pennélé, je prends des nouvelles de mon mari et de mon fils qui nous attendent à Saint-Martin-des-Champs. Nous les attendons donc à une aire de pique-nique. Pour terminer l’aventure, nous nous retrouvons près du viaduc de Morlaix à boire un pot rafraîchissant avec une part de kouign-amann. Point final !

2018 06 29 Rosko > Kastell-Paol

Pa’m eus dilestret e Roscoff e oa ma c’hoar Marie-O doc’h ma gortoz evit kerzhet c’hoazh e-pad daou zevezh evit tapout Montroulez hag èl-se boukliñ ma zroiad hent Sant-Jakez. Ranket he doa arest trumm e Klison dre m’he doa gweet he ufern àr-lerc’h bout kerzhet asambl adal Lokireg. Setu-hi bremañ pareet-kaer ha laouen-bras eh on he adkavout.

À ma descente du ferry à Roscoff, ma soeur Marie-O m’attendait pour randonner encore pendant deux journées jusqu’à Morlaix, bouclant ainsi mon chemin de St-Jacques. Elle avait dû s’arrêter brusquement à Clisson victime d’une entorse alors que nous avions cheminé ensemble depuis Locquirec. La voici maintenant complètement remise et je me réjouis de la retrouver.

Herberc’h ar perc’hindour pe ar pirc’hirin (e Bro-Leon eh omp !) lec’h ma kouskin e Kastell-Paol. [L’Abri du pèlerin où je dors à St-Pol-de Léon.]
Herberc’h ar perc’hindour pe ar pirc’hirin (e Bro-Leon eh omp !) lec’h ma kouskin e Kastell-Paol. [L’Abri du pèlerin où je dors à St-Pol-de Léon.]